Friends & Family, galerie Eva Hober, Paris.

posted on 2017-11-24 09:21:17

Folklores, exposition personnelle à la galerie ALB, Paris.

posted on 2017-11-24 09:12:31

Où poser la tête ? [chap.3] – Wo soll mein kopf ruhen ? galerie dukan, baumwollspinnerein, leipzig

posted on 2017-05-21 14:34:43

Commissariat : Julie Crenn

Artistes : Romain Bernini – Nina Fowler – Folkert de Jong – Myriam Mechita – Florence Obrecht – Alicia Paz – Jean-Xavier Renaud – Karine Rougier – Katharina Ziemke – Kimiko Yoshida.

Il faut que la présence ne soit pas abstraite. Par exemple la chose la plus difficile à faire en ce moment c’est le portrait. A cause de ça c’est presque impossible à faire. Je vais continuer à essayer.
Francis Bacon

La question du portrait et de l’autoportrait fait partie intégrante de l’histoire de l’art, depuis les peintures pariétales jusqu’aux photographies de Cindy Sherman, en passant par les portraits du Fayoum, les peintures de Rembrandt, de Frida Kahlo, de Marlène Dumas, les sérigraphies d’Andy Warhol ou encore les sculptures de Stephan Balkenhol. Peu importe le support et la technique, les artistes représentent, sans jamais pouvoir en épuiser le thème, leur propre visage et/ou ceux de leurs contemporains. Henri Michaux, poète et artiste, a su décrypter la nécessité de dessiner, de peindre, de sculpter, de photographier ou de filmer les images de soi et d’autrui. Il s’attache notamment à l’analyse du dessin d’enfant. Dès notre plus jeune âge, le crayon à la main, nous traçons des formes, qui, peu à peu, se précisent et se révèlent : un rond dans lequel viennent s’inscrire ce qui s’apparente à des yeux, un nez, une bouche, des cheveux. « La trace linéaire laissée sur le papier lui rappelle quelqu’un, la mère ou le père ; l’homme déjà, l’homme représentant tous les hommes, l’homme même. » Rapidement les dessins se tournent vers l’auto-figuration ou bien de représentation des autres, des êtres connus, inconnus ou imaginaires. Par extension, le dessin génère une vision de la société et plus largement du monde. Une vision multiforme que les artistes s’emploient à poursuivre, à élargir et à préciser. Les [auto]portraits agissent par échos. Alors, les œuvres fonctionnent comme des miroirs à la surface desquels les artistes, leurs environnements et leurs histoires se reflètent. Elles sont des espaces de projections pour celui et celle qui les regarde, des espaces au creux desquels nous sommes physiquement, psychiquement, visuellement confrontés au corps, au visage de l’autre.

Les [auto]portraits engagent différentes questions : l’affirmation ou bien la remise en question d’un statut (celui de l’artiste), d’une identité (artistique, culturelle, sexuelle), d’une vision critique, politique, poétique des autres et/ou de soi. Ils engendrent un ensemble de sentiments à la fois complémentaires et contradictoires : le trouble, l’identification, le rejet, la crainte, l’empathie, le doute. Pourtant, la fascination prédomine, l’irrésistible tête-à-tête entre le regardeur et le sujet provoque une pluralité de réactions. Les [auto]portraits activent une dissonance et une complexité inhérentes à la nature humaine. L’exposition Où poser la tête ? est nourrie de ses différents champs de recherche, de ces différents sentiments qui façonnent l’expérience de chacun. Le titre de l’exposition est une interrogation. Où poser la tête ? Qui suis-je ? Qui es-tu ? Comment se représenter et représenter l’autre ? Que nous disent les portraits et autoportraits ? Comment se positionner dans le monde ? Les œuvres formulent un dialogue où les regards politiques et poétiques se croisent et s’entrechoquent selon différents axes de réflexion : le portrait – la réactualisation d’un genre traditionnel, l’archive, le corps politique, l’intime, le masque et la performativité de soi. Les œuvres attestent d’une ambiguïté constante et d’une pluralité (des formes et des discours) nourrie de mouvements et de perturbations. Qu’ils soient traités de manière directe ou indirecte, les [auto]portraits traduisent un mouvement, celui d’une performance continuelle des corps, des identités et des idées.

Julie Crenn

Visuel : Kimiko Yoshida La Mariée Arlequin, dans le souvenir de Picasso.
Autoportrait/The Harlequin Bride, remembering Picasso. Self-portrait, 2006

Jusqu´à ce que la mort nous sépare

posted on 2017-01-20 19:55:29

Visuel :
Jusque´à ce que la mort nous sépare
Axel Pahlavi et Florence Obrecht
Gouache sur papier, 228 x 150 cm, 2017.

Comedian Harmonists - Axel Pahlavi et Florence Obrecht

posted on 2017-01-13 11:21:01

Inglan Is a Bitch

posted on 2016-11-25 10:26:08


http://www.webalice.it/t.christiansen/Inglan%20Is%20A%20Bitch.htm

Sortie du catalogue "Le Royaume" Axel Pahlavi & Florence Obrecht

posted on 2016-08-12 15:21:51

https://vimeo.com/178491197

Nouveau blog !

posted on 2016-04-20 23:56:04

http://florenceobrecht.tumblr.com

Seuls / ensemble, Artothèque de Caen, 23.04 - 25.09 2016

posted on 2016-04-16 00:15:52

True mirror, espace Commines 8 et 9 avril 2016

posted on 2016-04-08 17:05:20

Marion Auburtin / Pauline Bazignan / Anke Becker / Emily Beer / Emilie Benoist / Céline Berger / Romain Bernini / Mireille Blanc / Betty Böhm / Edouard Boyer / Damien Cadio / Emmanuelle Castellan
/ Alexine Chanel / Eric Corne / Mélanie Delattre-Vogt / Arnaud Devaux / Donatella Dior / Cécile Dupaquier / Isabel Duperray / Laurence Egloff / Frank Eickhoff / Pascal Frament / Gfeller&Hellsgard / Monika Goetz / Danielle Gutman / Ulrich Hakel /Jorg Hasheider / Andy Holtin / Hervé ic / Jung-Yeun Jang / Gabriel Jones / Chloé Julien / Heike Kelter / Régine Kolle / Benjamin l. Aman / Corinne Laroche / Marie Lepetit / Thomas Levy-Lasne / Sara-Lena Maierhofer / Miguel Marajo / Maude Maris / Eva Nielsen / Alexandra Noat Dumeste / Florence Obrecht / Axel Pahlavi / Nathalie Piernaz / Tim Plamper / Inken Reinert / Raphaël Renaud / Anne-Laure Sacriste / Alice Sfintesco / Luzia Simons / Jeanne Susplugas / Alex Tennigkeit / Roselyne Titaud / Maxime Touratier / Evgenija Wassilew / Katharina Ziemke

Sagt ihr, kleinen Kinderlein, warum ihr lacht nicht mehr

posted on 2016-02-19 16:50:56

Épouse Circus

posted on 2015-10-27 21:02:28

https://vimeo.com/143779788?utm_source=email&utm_medium=clip-transcode_complete-finished-20120100&utm_campaign=7701&email_id=Y2xpcF90cmFuc2NvZGVkfGVjYWU5NDBjN2FkZmVjZGZhZDQ0ZDQwYzQzOGY4N2FlMzkzfDQ1MjY1MTE5fDE0NDU5NzI1MzV8NzcwMQ%3D%3D

Kosmos seven

posted on 2015-09-21 18:48:41

Des envies d´eux, group show, galerie ALB

posted on 2015-05-20 07:37:52

Le Royaume, Axel Pahlavi / Florence Obrecht

posted on 2015-04-12 11:43:12

24.04.15 - 31.08.15
Spieß Schumacher Schmieg & Partner, Rechtsanwälte
Märkisches Ufer 34, 10179 Berlin

Hilde Bergmann, Retrospektive

posted on 2015-02-28 18:33:47

Sehen- Malen- Sehen- Erkennen

Zu den Werken von Hilde Bergmann

Hilde B. entwickelte ihre Arbeiten aus dem Gesehenen in Natur- und Stadträumen. Zeichnungen oder Fotos dienten ihr als Vorstufe, um sie in Malerei oder in Entwürfe von Stoffen und Tapeten umzusetzen.

Bilder mit floralen Motiven treten uns gegenüber. In ihrem Aufbau wirken sie wie detaillierte Ausschnitte von einem Blumenstrauß oder einem Gewächshaus. Ihre Dichte, ihr Reichtum an Strukturen ist in einem hellen Licht gehalten. In Hilde B. Bildern wird die Malerei nicht zur Konkurrenz der Natur, sondern lässt uns in der feinsinnigen Organisation von Farbe erkennen, dass die Natur nicht aus Gegenständen, die wir uns vorstellen, besteht.

In den rein abstrakten Bildern verwandelt Hilde B. Motive aus der Architektur in farbige Strukturen, die in einem Linien- oder Flächenverbund erscheinen.
Horizontale oder vertikale Streifen werden überlagert von Kreisformen, die wiederum in lineare Gefüge unterteilt sind. Ihre Farbklänge erinnern an die 50er -70er Jahre.
In diesen rhythmisch angelegten Farbkompositionen setzt sich Hilde B. mit der Wechselwirkung der Farbe auseinander. Angelehnt an die Lehre des Bauhauses organisiert Hilde B. die Farben, die aneinander stoßen in einer sinnlichen jedoch auch messbaren Weise. Durch das Setzen von Komplimentärkontrasten und unterschiedlichen Tonwerten beeinflussen sich die Farben wechselseitig.

Hilde B. lädt uns ein, dem eigenen Sehen zu vertrauen, denn sie weiß nach der spürbar langjährigen Arbeitserfahrung, dass das Auge die Farbe ordnet und sortiert.

Susanne Jung

En substance, Axel Pahlavi et Florence Obrecht, 19,20,21,27,28 décembre 2014, temple réforme de Sarre-Union (exposition organisée par le Triangle des Bermudes)

posted on 2014-12-15 00:03:00

La grande parade, exposition personnelle à la galerie ALB 16 octobre - 25 novembre 2014

posted on 2014-10-10 07:58:46

Cadavre exquis à la plage, Projektraum Ventilator 24, Berlin, 4 juillet - 1 aout 2014

posted on 2014-07-01 15:03:00

avec/mit :
Tom Anhold, Eugénie Bachelot Prévert, Jérôme Barbe, Sarah Battaglia, Emilie Benoist, Emmanuel Bornstein, Fritz Bornstück, Thibault Bourgoing, David Button, Baptiste César, Alexine Chanel, Daphné Chevallereau, Eric Corne, Caroline Cassel, Cyprien Desrez, Salômé Guillemin, Ayako David Kawauchi, Gaël Davrinche, Agnes Domke, Jürgen Durner, Laurence Egloff, Vanessa Fanuelle, Holmer Felmann, Maike Freess, France Gayraud, Régis Gonzalez, Amélie Grözinger, Philip Grözinger, Chris Hammerlein, Jonathan Hecht, Franziska Houmsi, Maged Houmsi, Franz J. Hugo, Paul Hutzli, Sarah Jérôme, Chloé Julien, Susanne Jung, Nicolas Kashian, Justina Kilinski, Luzie Kork, Yannick Lambelet, Jing Liu, Zara Marlen, Armen & Melvin, Jérémie Martino, Marc Molk, David Morel, Gulnur Mukazhanova, Patrick Munck, Frédéric Nakache, Maho Nakamura, Audrey Nervi, Claus Hugo Nielsen, Bettie Nin, Alexandra Noat-Dumeste, Maël Nozahic, Annina Nusko, Florence Obrecht, Axel Pahlavi, Gérald Panighi, Francois Paris, Johanna Perret, Joao Persenda, Nazanin Pouyandeh, Marco Reichelt, Raphael Renaud, Caroline Rivalan, Lionel Sabatté, Mathias Schauwecker, Caroline Schmidt, Mickael Sellmann, Jenny Shin, Cédric Taling, Alexej Tcherniy, Tenko, Alex Tennigkeit, Emilie Thomas, Matthäus Thoma, Paul Vergier, Yannick Vey, David Weishaar, Anna Wright, Wu Zhi, Aaron Zimmer, Amandine Zaïdi, Jérôme Zonder.

Planetarium Altera

posted on 2014-04-12 15:26:22

Drawing now Paris 2014 stand ALB

posted on 2014-03-02 15:20:01

Art Paris Art Fair 2014 stand ALB

posted on 2014-03-02 15:13:53

JPEG - 44.6 ko
‹art_paris_art_fair_2014-600x227›

Beautiful Painting is behind us - Maribor

posted on 2012-09-01 23:29:20

BEAUTIFUL PAINTING IS BEHIND US
Maribor Art Gallery, Strossmayerjeva 6, Maribor
2 August – 9 September 2012
opening : Thursday, 2 August 2012 at 19.00

You are kindly invited to the opening of the exhibition as part of the project ART ALWAYS WINS/TERMINAL 12 ! Opening speaker : Mitja Čander, programme director of MARIBOR 2012 – European Capital of Culture. Exhibition curators Arne Brejc and Eva Hober will held a guided tour of the exhibition after the opening.

The exhibition was initiated by Jean-Luc Maslin, Cultural Counsellor and Director of the French Institute of Turkey. He suggested to Eva Hober, a gallerist from Paris, to curate an exhibition focused on contemporary French artists. Beautiful painting is behind us has already been on display in Istanbul (2010), Ankara (2011) and Nantes (spring of 2012). For the exhibition at the Maribor Art Gallery, Eva Hober decided to expand it with works by several Slovenian artists and she invited Arne Brejc for a collaboration. In 2013, a second version of the exhibition, with a new group of artists, will first be shown in Europe. Then, the show will be hosted by in USA, in 2014.

Beautiful painting is behind us exhibited by the Maribor Art Gallery, is one of the exhibitions in the frame of the Art always wins project / Terminal 12 and has been supported by the Maribor 2012 – European Capital of Culture and the French Institute Charles Nodier. Thirty-six artists from France and Slovenia exhibit their most recent works, which are exceptional contemporary artistic confessions, a commentary and analysis of Man being trapped in the shackles of this complex world. The exhibition is about the power of contemporary painting which leaves no one cold and unaffected ; it speaks about the generation of artists who have grown and formed themselves under the influence of television, computers, comics, film and the great classic treasure chest of art, and for whom the painting has remained a relevant medium. Each with their own expressive language the artists bear witness to the violence of the modern world. Their return to figurative art reflects a brilliant and at the same time distressing picture of our time in which numerous references to history, painting and the world in general blend into an interpretation of reality and reveal an often visionary interpretation of our contemporary myths and society. In spite of the variety of stylistic languages used by individual artists, several features are common to their works, such as subliminally accentuated interpretations in the works by Axel Pahlavi, Youcef Korichi and Audrey Nervi, and the violently marked flow in the works by Jérôme Zonder, Damien Deroubaix, Ronan Barrot, Ida Tursic and Wilfried Mille.

 »When today a young painter /paintress stands in front of a canvas or any other medium used, this surface is never white, never entirely empty ; a white canvas is only an appearance, yet never an emptiness. Through this surface the history of art pulsates, the images seen by young artists, reproductions and originals stored in their memory (even though they never think of them) ; through this surface an enormous arsenal of contemporary media imagery is moving, thousands of images that surround artists in their every-day life. It seems painters these days very rarely think in advance about the »form« , about its abstract idealism, purity, spirituality, metaphysics. Media image-making is realistic, semantically functional, focused on the message, while the appearance serves the content ; in media there is on principle nothing abstract in the Kantian sense, nothing by itself, because of itself. As a result, contemporary painting is »realistic« , combining cartoon, film, photography and television fragments, and is just as performative as any external action ; it contains elements of posters and media, music and video spots, it is full of sophisticated colours and polished surfaces. It is equally full of all that belongs to an urban visual dumpsite, the disintegration of used images and commercial messages : these messages have been present in another medium, and have now found their place in the painting as a fragment, an association, a metaphor, also as an error or enigma – to summarize, as a much more »open work« than allowed by the media communicative functionality. In a special way the paintings are dysfunctional, useless, private, but because of this they address the viewer with even more passion.« (Tomaž Brejc and Arne Brejc, from the exhibition catalogue).

artists : Ronan Barrot, Julien Beneyton, Romain Bernini, Katia Bourdarel, Alkis Boutlis, Andrej Brumen Čop, Damien Cadio, Nicolas Darrot, Damien Deroubaix, Tina Dobrajc, Gregory Forstner, Mito Gegič, Cristine Guinamand, Jaša, Barbara Jurkovšek, Youcef Korichi, Kosta Kulundzic, P. Nicolas Ledoux, Élodie Lesourd, Iris Levasseur, Marlène Mocquet, Audrey Nervi, Maël Nozahic, Florence Obrecht, Axel Pahlavi, Mark Požlep, Raphaëlle Ricol, Lionel Sabatté, Miha Štrukelj, Iva Tratnik, Ida Tursic in Wilfried Mille, Luka Uršič - Kalu, Sanja Vatić, Uroš Weinberger, Jérôme Zonder

curators : Arne Brejc and Eva Hober
produced by : Kultura 21
coproduction : Maribor 2012 - European Capital of Culture / Terminal 12
supported by : Institut Français Ljubljana and Maribor 2012 - European Capital of Culture

Photo above : Audrey Nervi, Fuck the © - Raf Boccanfuso – Paris 2012, 2012, oil on canvas, courtesy of the artist

Opera Seria

posted on 2012-04-05 21:23:23

La belle peinture est derrière nous, lieu unique, Nantes

posted on 2012-02-29 17:25:14

Je hais les couples

posted on 2012-01-07 18:00:02

Exposition " La belle peinture est derrière nous " Istanbul, Entrepot N° 5, Decembre 2010

posted on 2011-01-05 12:40:50


25 artistes, 60 œuvres et potentiellement 5 lieux d’exposition à l’international. Telle est l’ossature de La belle peinture est derrière nous, projet d’exposition entièrement dédiée à la scène picturale française actuelle et initié par Jean-Luc Maslin, Directeur de l’institut français de Turquie en collaboration avec Eva Hober, galeriste et Commissaire d’exposition.
Nés entre 1962 et 1985, les artistes présentés s’attachent tous à exprimer une même tension aux accents générationnels dans une écriture forte dont la diversité des formes bâtit la richesse d’une autre peinture. Il s’agît de promouvoir au sein d’un large dialogue le dynamisme d’une génération et la pluralité de ses préoccupations, donner à voir sous la forme d’un véritable panorama un travail à la facture énergique où l’image picturale fait peau neuve pour cristalliser de nouvelles expressions. La belle peinture est derrière nous invite à capter le reflet d’une génération sous tension dont l’œuvre s’impose comme témoin.

C’est en faveur de cette scène percutante qu’est organisé ce projet, conçu comme élément impulsif du rayonnement de la peinture française à l’étranger, dans un format variable et capable de s’adapter aux différents contextes de ses présentations. L’exposition sera lancée le 27 novembre à Istanbul, capitale culturelle européenne de l’année 2010, et bénéficiera de la visibilité de cette manifestation internationale importante avant de circuler vers Ankara. Viendront ensuite le Lieu Unique à Nantes et un quatrième ou cinquième lieu d’exposition actuellement à l’étude, en Asie ou en Europe, pour terminer par Los Angeles en 2012, sous forme d’un regard croisé avec des jeunes peintres américains de la même génération. Le projet sera en outre l’occasion de prouver une synergie des différents acteurs de l’art contemporain, public ou privé, institutions, artistes et collectionneurs, d’organiser des résidences sur place et de créer des liens durables avec les principaux partenaires locaux. Ainsi « La belle peinture est derrière nous » se présente de façon évidente comme un formidable tremplin pour la promotion et l’exportation de la création contemporaine française, et ouvre de nouvelles perspectives d’échanges et de coopérations, résolument orientées vers l’international.

La qualité de la sélection des artistes est garantie par le choix de professionnels de l’art. Par ailleurs, le soutien de CulturesFrance, de l’Institut Français de Turquie et de collectionneurs privés à ce projet d’exposition est à même de susciter d’autres formes mécénats et d’intéresser critiques et magazines d’art. De plus, les plus prestigieux critiques d’art français et étrangers apporteront leur contribution à ce projet par la rédaction dans le catalogue de textes introductifs au travail respectif de chacun des artistes exposés.